Sexualité et contraception

La méthode contraceptive doit être adaptée à chaque femme et choisie par vous et avec vous, en fonction de votre vie et des éventuelles contre-indications. La méthode choisie peut évoluer au fil de votre vie et des situations rencontrées seule ou en couple. L’implication du partenaire dans le choix de la contraception peut avoir des conséquences positives sur l’observance et l’acceptation de la méthode.

La meilleure contraception, est celle que l’on choisit!

Ces dernières années, les méthodes contraceptives se sont beaucoup diversifiées. Vous avez sans doute entendu parlé d’implant, de préservatif féminin, de patch ou encore d’anneau contraceptif...

Aujourd’hui, chaque femme, chaque couple, a le choix de la contraception qui lui convient le mieux. Et ça, c’est le plus important.

Parce qu’utiliser une méthode adaptée, c’est faire le choix d’une contraception plus efficace : celle qui ne vous posera pas de problème, qui sera facile à utiliser, adaptée à votre situation que vous soyez en couple ou non, à votre mode de vie, à votre personnalité, etc.

Vous trouverez dans ce document une présentation des différentes méthodes contraceptives ainsi que des informations pratiques pour savoir où, comment et à quel prix vous les procurer. Ainsi informée, vous pourrez dialoguer avec un professionnel de santé qui vous aidera dans votre
démarche pour choisir la contraception qui vous convient le mieux.

Pour aller plus loin :

Choisir sa contraception
iPass contraception

Les infections sexuellement transmissibles

Les infections sexuellement transmissibles (IST) sont des maladies généralement provoquées par des microbes, des virus, des bactéries ou des champignons, qui peuvent se transmettre au cours des rapports sexuels. Il existe également d’autres voies de transmission (échanges sanguins par le biais d’une aiguille souillée, par exemple). Elles ne sont pas une fatalité car il existe des gestes simples pour éviter et stopper leur transmission.

Qu'est-ce qu'une IST ?

Les infections sexuellement transmissibles (IST) se transmettent principalement lors des rapports sexuels. Il existe de nombreux virus ou bactéries transmissibles de cette manière.

Pour ne pas être contaminé, les liquides corporels contaminants (le sang, le sperme, le liquide séminal et les sécrétions vaginales principalement) ne doivent pas entrer en contact avec les muqueuses génitales, anales ou buccales ni avec une lésion cutanée de son/sa partenaire et vice-versa.

La plupart des IST se soignent mais, non traitées, elles peuvent entraîner de graves complications.

Elles favorisent également les portes d’entrée au VIH/SIDA et à d’autres IST. La plupart des IST sont d’origine bactérienne ou virale.

Comment vous protéger des IST ?

Il existe des gestes simples pour éviter les IST et stopper leur transmission :

• Le meilleur moyen de vous protéger des IST est d’utiliser un préservatif. Le préservatif est le seul moyen de contraception qui protège du VIH et des IST. Pour se protéger et protéger l'autre, utiliser un préservatif pour chaque rapport sexuel et avec chaque partenaire ;
• Faire un dépistage des IST et du VIH de manière régulière lorsqu'on a plusieurs partenaires, et à chaque fois que l'on souhaite arrêter le préservatif avec un nouveau partenaire régulier ;
• Lorsqu’il existe un vaccin (hépatite B, infection à papillomavirus), celui-ci représente le moyen de prévention le plus efficace :

• Les vaccins contre l’HPV protègent contre certains types de condylomes tant les femmes que les hommes, et permettent ainsi d’éviter 75% des cancers du col de l’utérus chez la femme. Leur efficacité est supérieure s’ils sont administrés avant les premiers rapports sexuels. 
• Le vaccin prophylactique contre l’hépatite B est très efficace : 3 injections sont nécessaires pour conférer une immunité durable.

• Prendre les traitements prescrits par le médecin et les suivre jusqu'au bout. La plupart des IST ne guérissent pas seules, il est important de se faire soigner.Il existe des traitements efficaces contre les IST qui évitent de les transmettre et stoppent leur évolution. Négligées, les IST peuvent provoquer des complications difficiles à traiter et entraîner des séquelles.

Aujourd’hui, plusieurs stratégies de prévention sont disponibles, c’est ce qu’on appelle la prévention diversifiée :

• La PrEP ou prophylaxie pré-exposition ;
• La TPE ou traitement post-exposition ;
• Pour les personnes séropositives, les TasP ou traitement comme prévention ;
• Le dépistage qui permet de bénéficier rapidement d'un traitement si une infection est diagnostiquée.

Où se faire dépister ?

• Contacter un médecin généraliste, un gynécologue ou une sage-femme qui peuvent vous conseiller et vous prescrire un test de dépistage des IST. Vous pouvez aussi vous rendre dans un CeGIDD (Centre Gratuit d'Information, de Dépistage et de Diagnostic) ou un CPEF (Centre de Planification et d’Education Familiale)Appelez Sida Info Service au 0 800 840 800-24h/24, appel confidentiel, anonyme et gratuit ou sur www.sida-info-service.org et http://www.hepatites-info-service.org

Suivi gynécologique

En France, hors grossesse, le suivi gynécologique n’est pas obligatoire. Il est pourtant recommandé de consulter régulièrement son médecin, un gynécologue ou une sage-femme, et de participer aux campagnes de dépistage organisées.Frottis, mammographie, dépistage IST… Les consultations de suivi gynécologique de prévention concernent toutes les femmes, et ce depuis l'adolescence.Les consultations de suivi gynécologique de prévention ont lieu une fois par an. Elles permettent le dépistage de maladies particulièrement graves (cancer du sein, cancer du col de l'utérus...) à des stades très précoces.

D'autres sujets peuvent également être abordés au cours de ces consultations de suivi gynécologique de prévention, comme la contraception par exemple.

Prévention du cancer du col de l'utérus dans le Val de Marne

Le Val de Marne a été sélectionné avec 8 autres départements pour mettre en place un programme pilote de lutte contre le cancer du col de l’utérus.

Le dépistage du cancer du col de l’utérus consiste à réaliser tous les 3 ans un frottis du col de l'utérus entre 25 et 65 ans.

Les Val de Marnaises de 25 à 65 ans non à jour de leur frottis de dépistage recevront donc d'ici juillet 2012 une incitation au dépistage. Ce programme est déployé en concertation avec l'ensemble des médecins, tant généralistes que gynécologues, et des sages-femmes auprès de qui les femmes effectuent habituellement leur suivi gynécologique.

L’examen gynécologique régulier associé au frottis de dépistage doit continuer à tenir une place importante dans la prévention du cancer du col, y compris chez les jeunes femmes qui ont bénéficié d’une vaccination précoce contre le H.P.V. (Papilloma virus humain)

Retour santé de la femme et du couple
Politique de confidentialité