Le conseil aux parents

L'enfant et le covid-19

Comment parler du covid-19 aux enfants? 

Les écrans

Voici le dossier de presse du livre « les écrans : mode d’emploi pour une utilisation raisonnée en famille »

Pour en savoir plus : cliquez-ici

La plagiocéphalie

Voici un article qui répondra à vos questions sur la plagiocéphalie : cliquez-ici

Les accidents domestiques : Mieux vaut prévenir que guérir

Apprenons à éviter les accidents domestiques de l’enfant. Un accident peut rapidement arriver.
Alors, pour éviter les petits et gros bobos tout en laissant l’enfant s’épanouir, il existe des solutions :
Nous vous proposons ce document d'information de l'INPES : lire

Attention au youpala


Le youpala est responsable chaque année de nombreux accidents domestiques et produit des effets néfastes à l’apprentissage de la marche. Afin de prévenir ces risques, le Département lance une campagne d’information dans les centres de PMI, les crèches et auprès des assistantes maternelles du Val-de-Marne.

Nous vous proposons cette vidéo pour vous sensibilisez : lire

Sur la plaquette rouge : le matériel déconseillé
Sur la plaquette bleue : le matériel conseillé au bon développement de votre enfant

Le syndrôme du bébé secoué

Le syndrome du bébé secoué désigne un traumatisme crânien qui survient lorsque l'on secoue violemment un jeune enfant. Cette forme de maltraitance est une urgence médicale. Quelques règles basiques permettent de garder ou de retrouver son calme face à un enfant qui pleure.

Qu'est-ce que le syndrôme du bébé secoué?

Le syndrome du bébé secoué désigne un traumatisme crânien non accidentel, entraînant des lésions du cerveau. Il survient lorsque l'on secoue violemment un bébé ou un jeune enfant. Le plus souvent, ce drame arrive lorsque la personne qui s'occupe de l'enfant est exaspérée par ses pleurs. Les enfants de moins d’1 an sont les plus touchés par le syndrome du bébé secoué.

Les lésions provoquées et leurs effets

Lorsqu’un bébé est secoué, des lésions cérébrales peuvent survenir même si son crâne ne reçoit aucun choc. En effet, les nourrissons et les jeunes enfants ont une tête relativement grosse et lourde par rapport à leur corps. La musculature de leur cou est faible et leur cerveau est encore en développement. Il est donc plus sensible et plus susceptible d’être blessé par une secousse.

Sous l’effet des secousses, la tête du bébé se balance rapidement d’avant en arrière et son cerveau heurte les parois de son crâne. Des vaisseaux sanguins cérébraux peuvent se rompre. D’autres blessures sont aussi possibles, à savoir :

Un écrasement du tissu cérébral contre la boite crânienne à chaque secousse, entraînant des contusions et un œdème cérébral avec hémorragie ;
Un phénomène de cisaillement du tissu cérébral, causant des déchirements.

Les conséquences de ces traumatismes peuvent être très graves pour l’enfant et inclure des séquelles neurologiques permanentes, ou même la mort.

Retour suivi enfant vulnérable
Politique de confidentialité